Les Coliques

Le cheval est un animal très sensible aux problèmes nutritionnels.  Les maladies liées aux coliques, entre autres,  se distinguent par leur fréquence et  gravité.

Il est clair que certains facteurs prédisposent à l’apparition de coliques chez les chevaux. Parmi ceux-ci se trouvent, par exemple, l'accès soudain à une ingestion élevée d'aliments, le stress, les changements d'horaire des repas, le travail intense après une ingestion d’aliments, le travail prolongé, les dentitions qui empêchent une bonne mastication, etc.

Toutefois, l'un des facteurs les plus fréquents dans l'étymologie des coliques est lié á une alimentation insuffisante en fourrage de qualité et, par conséquent, à un apport excessif de fourrages et d’aliments concentrés, ainsi comme à une consommation élevée de fourrage. D’autres facteurs fortement liés à l’apparition de coliques sont le travail prolongé et fatigant, la consommation d'eau froide et la consommation excessive d'herbe verte. Il est nécessaire de tenir en compte les caractéristiques anatomiques et physiologiques du cheval, sachant qu’il s’agi d’un animal herbivore dont l’estomac est unique, petit et faible et dont le gros intestin est très développé.

Il est très important d’effectuer une mastication consciencieuse qui peut durer jusqu'à 40 minutes par période d'ingestion, étant possible de réaliser jusqu’à 3500 mouvements masticatoires pour chaque ingestion d’un kilo de foin. Ceci a pour fin d’obtenir, grâce aux mouvements latéraux et verticaux des mâchoires, des particules de 1,50 mm. Ainsi, le cheval peut ingérer le foin sans problème, produisant une quantité d’environ 15 litres de salive par jour.

Le transit du bol alimentaire à travers l'estomac est rapide, mais le cheval ne peut effectuer aucune régurgitation, c’est à dire, l’animal n'a pas la possibilité de vomissements. Ceci est lié à une sécrétion intense de suc gastrique qui peut atteindre les 10 litres par jour.

En revanche, la digestion intestinale est intense grâce à une puissante activité microbienne du caecum, qui possède une capacité d'environ 30 litres.

C’est pour ces raisons que le transit digestif est lent, ne pouvant être effectué qu’en 37 heures pour les foins et entre environ 28-34 heures pour les concentrés.

En fait, la digestion de l'intestin grêle du cheval est similaire à celle réalisée par les monogastriques (les porcs par exemple) mais, par contre, la digestion du gros intestin ressemble à celle des ruminants, à cause des importants processus de fermentation qui se produisent dans le caecum.

Pour le bon fonctionnement du gros intestin, la présence de fibres brutes est nécessaire. Cela augmente la production d'acides gras volatils, améliore la dégradation des hydrates de carbone et favorise la synthèse des acides aminés et des vitamines.

Cette fonction intestinale spéciale rend le cheval sujet aux coliques. Comme l’animal n’est pas en mesure d'effectuer les reflux gastriques, les contractions intestinales sont fortes et puissantes et peuvent être aggravées par le froid (environnement, eau froide), par une mauvaise mastication (importance de la dentition) et, surtout, par l’ingestion de fibres.

Un excès de fibres, aussi bien que réduire la digestibilité des aliments, peut générer des coliques. Mais en même temps, la carence de fibres se traduit par un arrêt des mouvements intestinaux, avec l’apparition de fermentations anormales et donc, de coliques.

Les déséquilibres dans l’ingestion de fibres brutes se traduisent facilement par la formation de coliques par obstruction lesquels se produisent par une fermentation excessive des aliments (tympanismes), et de coliques produits par une augmentation des contractions intestinales spasmodiques.

La qualité du fourrage, sa contribution en fibres selon la période de récolte du même, la qualité de la fenaison ou déshydratation ainsi que la relation et l’équilibre avec la ration de concentrés d’amidons, sont des facteurs importants dans l'apparition de cette maladie.

L'apport de foin et de concentrés de qualité au sein d'un processus de mélange équilibré, assurant une bonne relation entre la fibre brute et les hydrates de carbone dans l’ingestion totale, est une condition essentielle pour réduire au minimum la présence de coliques chez les chevaux.

Par conséquent, un aliment complet et équilibré est nécessaire pour apporter les niveaux appropriés de fibres brutes, d’énergie et protéines, de minéraux et de vitamines. Ceci garantit non seulement le rendement maximal de l'animal dans son aspect sportif ou de travail, mais aussi prévient l’apparition des coliques, maladies difficiles à traiter et dont la présence est fréquente.

MEGAHORSES, S.L offre une gamme de produits qui constituent un aliment de qualité à haute teneur en fibres pour assurer un transit intestinal optimal et à faible teneur en amidon. Ces produits contiennent tous les nutriments nécessaires pour répondre aux besoins des chevaux. Par conséquent, ces produits réduisent fortement le pourcentage de risques de coliques et autres maladies intestinales.